amasco-logo

Ateliers Amasco œuvre en faveur de l’épanouissement et de la réussite scolaire de tous les enfants. Inspirée du concept d’éducation positive, notre pédagogie vise à accompagner les enfants dans le développement de leurs compétences psychosociales, nécessaires à leur bien-être social, mental et physique.

Éducation positive, pédagogie active, compétences psychosociales, les termes sont nombreux. Ainsi, cet article a pour vocation de vous éclaircir au sujet de ces différents concepts, afin que vous puissiez en saisir l’ensemble des enjeux.

 L’école devrait toujours avoir pour but de donner à ses élèves une personnalité harmonieuse, et non de les former en spécialiste.

Albert Einstein

Les compétences psychosociales, au cœur de l’éducation positive :

Aujourd’hui, seules les compétences académiques et disciplinaires sont enseignées à l’école, positionnant au second plan le bien-être des enfants. C’est de ce constat qu’est né le concept d’éducation positive.

Qu’est-ce que l’éducation positive ? L’éducation positive, c’est l’intégration de la psychologie positive dans le champ éducatif. Selon Martin Seligman, l’un des précurseurs de cette approche innovante, l’éducation positive est « la voie vers l’épanouissement, permettant la réussite éducative ». La psychologie positive et le développement des compétences psychosociales sont intrinsèquement liés.

Les compétences psychosociales, qu’est-ce que c’est ? La notion de « compétences psychosociales » (CPS) a été introduite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 1993 :

« Les compétences psychosociales sont la capacité d’une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne. C’est l’aptitude d’une personne à maintenir un état de bien-être mental, en adaptant un comportement approprié et positif, à l’occasion des relations entretenues avec les autres, sa propre culture et son environnement. Les CPS ont un rôle important à jouer dans la promotion de la santé dans son sens le plus large, en termes de bien-être physique, mental et social »

Les compétences psychosociales, des compétences de vie :

Les compétences psychosociales représentent des habiletés, des aptitudes, des capacités psychologiques individuelles. Elles permettent d’être acteur et auteur de sa vie, au quotidien. Celles-ci peuvent s’apprendre, se cultiver, et même se transmettre ! Et comme toutes nouvelles compétences, plus elles sont développées tôt, plus elles s’acquièrent rapidement, naturellement et restent ancrées tout au long de la vie.

Les compétences psychosociales jouent donc un rôle essentiel chez les enfants, autant dans l’appréhension de leur parcours d’apprentissage que dans l’approche de leur future vie d’adolescents et d’adultes. Mais concrètement, les compétences psychosociales, qu’est-ce que c’est ?

Les 3 grandes catégories de compétences :

Les compétences psychosociales se divisent en 3 grandes catégories : les compétences sociales, les compétences cognitives et les compétences émotionnelles. 

Les compétences dites « sociales » ou « interpersonnelles » recouvrent la capacité d’un enfant à communiquer efficacement, à faire preuve d’empathie envers autrui, à formuler et recevoir des critiques ou à résoudre des problèmes relationnels. Plus globalement, elles consistent à développer son habileté dans ses relations interpersonnelles.

Les compétences dites « cognitives » désignent la conscience de soi et la capacité d’un enfant à adopter une pensée critique et créative. Elles sont notamment un atout essentiel pour l’analyse d’informations et la résolution de problèmes.

Les compétences dites « émotionnelles » font référence à la capacité d’un enfant à gérer son stress et à accueillir ses émotions, qu’elles soient agréables ou désagréables. On les appelle également « compétences d’auto-régulation » puisqu’elles permettent un gain d’autonomie des enfants face à la maîtrise de leurs émotions et contribuent indirectement à leur réussite dans les activités d’apprentissage qu’ils entreprennent.

Les compétences psychosociales essentielles au bon développement des enfants :

Apprendre à faire face aux problèmes est une compétence indispensable à développer pour un enfant. Celle-ci permet de garder le contrôle face aux difficultés rencontrées, aux échecs auxquels il est confronté. Il s’agit également d’apprendre à faire des choix, en analysant la situation, en évaluant les différentes options, afin qu’il puisse agir en conséquence.

L’apprentissage de cette compétence se traduit par une pédagogie active, une pédagogie où l’enfant est au cœur de l’action, avec la possibilité de prendre des initiatives et de faire des choix de manière autonome. Elle permet notamment de donner une place à l’erreur afin qu’elle devienne une opportunité d’apprentissage, plutôt qu’un échec. Ainsi, elle requiert un esprit de coopération et d’échange chez l’enfant. Elle suscite également le débat, la réflexion individuelle et collective en vue d’atteindre un objectif précis.

Dans le monde dans lequel nous évoluons aujourd’hui, l’accès à l’information ne se résume qu’à un clic, il est donc essentiel d’apprendre aux enfants à développer leur esprit critique. Cette compétence est nécessaire à l’analyse objective des informations qu’ils rencontrent, ainsi qu’à la construction d’un avis fondé qui leur est propre.

Développer son esprit critique, c’est avant tout se questionner, sur soi, sur les autres, sur l’ensemble des informations disponibles. Pour un enfant, avoir une pensée critique est un levier de construction, d’affirmation face aux autres, d’adaptabilité à son environnement, mais également de développement de sa confiance en soi.

Développer sa pensée créative, c’est encourager l’enfant à libérer son imaginaire, à explorer les possibilités qui s’offrent à lui, voire à créer de nouvelles opportunités. Ainsi, il s’agit de susciter son esprit de découverte et sa curiosité.

Communiquer efficacement, c’est être capable d’exprimer sa pensée, de façon appropriée et adaptée. C’est savoir transmettre une idée, en respectant ses besoins comme ceux des autres. C’est faire usage d’une communication positive, non violente et respectueuse.

Pour un enfant, le développement d’une communication habile passe par l’expression de ses idées, de ses besoins du moment, mais également par une écoute et une empathie vis-à-vis des autres. Ainsi, cette aptitude relationnelle permet une aisance dans les relations interpersonnelles, puisqu’elle favorise l’élaboration de relations saines, constructives, fiables et durables. Elle contribue donc indirectement au bien-être social et mental de l’enfant.

Afin de développer des relations sociales saines et constructives, il est important pour un enfant d’apprendre à se connaître en explorant sa personnalité, ses forces, ses faiblesses, ses centres d’intérêt, ses valeurs, etc… Plus simplement, il faut avoir conscience de soi.

En pratique, il s’agit d’accompagner l’enfant dans l’identification et le développement de ses forces, afin qu’elles deviennent une arme pour la gestion de ses faiblesses, ainsi qu’un indicateur pour ses choix de vie futurs.

Avoir de l’empathie pour les autres, c’est se transposer au travers de l’autre, imaginer sa vie, se projeter dans sa situation. Développer cette compétence permet notamment l’acceptation de l’autre et de ses différences, ce qui contribue au développement de relations sociales équilibrées.

Savoir gérer son stress et ses émotions, ce n’est pas les fuir. C’est apprendre à les reconnaître, à identifier les signaux, les causes et les effets. L’enjeu est donc d’apprendre aux enfants à développer leur intelligence émotionnelle, en les sensibilisant sur le rôle des émotions, l’analyse et la gestion de celles-ci.

En pratique, le développement de l’intelligence émotionnelle passe par plusieurs pratiques telles que la relaxation, la méditation, la sophrologie, les mouvements, les arts visuels, la musique, etc..

Les émotions bien gérées peuvent être un formidable levier d’apprentissage. À l’inverse, elles peuvent être un frein considérable chez certains enfants. Il est donc essentiel pour les enfants d’apprendre à en tirer profit, plutôt que de les laisser les submerger.

Avez-vous consulté nos précédents articles ? 

Ateliers Amasco s’associe à l’École de la Philanthropie pour les vacances d’été !

Amasco et son approche inclusive pour accompagner les enfants concernés par des “troubles dys”

Pour plus d’actualités, rendez-vous sur nos réseaux sociaux Facebook et Instagram.

L’équipe Amasco